Vos résultats de recherche

Après la flambée des prix, Bordeaux frappée par une pénurie de logements

par Mon Courtier sur 28 juillet 2018
Après la flambée des prix, Bordeaux frappée par une pénurie de logements
commentaires:0

À Bordeaux, le nombre d’appartements mis en location serait en recul de 34% par rapport à l’année dernière, selon le président de l’Union des syndicats de l’immobilier. Une baisse deux fois supérieure à celle constatée à la rentrée 2017.

La rentrée s’annonce compliquée pour ceux qui cherchent à se loger à Bordeaux. L’Union des syndicats de l’immobilier (Unis), qui avait déjà tiré la sonnette d’alarme, signale une nouvelle pénurie de logements dans la préfecture de la Gironde. Dans l’agglomération bordelaise, les professionnels de l’immobilier font état d’une baisse de 34% de l’offre d’appartements, toutes surfaces confondues, en location classique, sur un an. Fin 2017, le recul était compris entre 15% et 18%, selon l’Unis. «La situation est dramatique. Le phénomène s’accentue», déplore Catherine Coutellier, de l’Unis Aquitaine.

Pour l’Union des syndicats de l’immobilier, le responsable est tout trouvé: Airbnb La limite de 120 jours de location par an ne suffit pas, selon à elle, à inciter les propriétaires à faire de la location traditionnelle. L’Unis prend l’exemple d’un T2 de 48 m² loué sur la plateforme d’hébergement, 70 euros la nuit. Il rapportera au bailleur 8400 euros par an contre 7300 euros par an pour une location classique. «De plus en plus de propriétaires achètent des logements qu’ils louent immédiatement après sur Airbnb. La rentabilité est plus élevée que pour une location traditionnelle où les loyers sont encadrés et la fiscalité, trop lourde. Tout est fait pour que le propriétaire se détourne de la location classique».

Partager

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Comparer